Zep: «Le sexe permet le bonheur»

Près de 20 ans après la première édition, voilà le nouveau « Guide du zizi sexuel », actualisé et augmenté. Interview de Zep, qui signe avec Hélène Bruller cet ouvrage pour les pré-ados.

Zep: «Le sexe permet le bonheur»

« En tout cas, moi je ferai pas l’amour… C’est dégueulasse », dit Manu, le grand copain de Titeuf. « Moi non plus », déclare Titeuf, « J’adopterai des spermatozoïdes ! »

Sans doute fallait-il le regard drôle, naïf et décalé de Titeuf – comme sa perplexité par rapport au monde des filles et aux choses de l’amour – pour bien parler de sexe aux jeunes. En 2001, sortait le Guide du zizi sexuel qui abordait en compagnie de Titeuf (presque) tous les aspects de la sexualité et de l’amour : les changements physiques qui se produisent à l’adolescence comme les mille façons d’embrasser, le code génétique, faire l’amour, les préservatifs, l’amour, les règles, l’estime de soi, les bébés différents, l’orgasme, le code génétique, le sida… Les jeunes ont apprécié la simplicité et le sérieux des explications comme l’humour des dessins car le premier Guide du zizi sexuel a été vendu à plus d’1 million et demi d’exemplaires.

Aujourd’hui sort une nouvelle édition actualisée et augmentée de contenus inédits signés par les mêmes auteurs, Hélène Bruller et Zep. C’est toujours aussi drôle et sérieux ! L’ouvrage est à mettre entre toutes les mains des jeunes à partir de 9 ans, surtout si les parents ont quelques difficultés à parler de sexualité.

Zep, la sexualité a-t-elle changé en 20 ans pour qu’il faille réactualiser le guide ?

« Le monde a changé et les jeunes à qui nous nous adressons, sont davantage confrontés à la pornographie. Elle est devenue leur principal éducateur sexuel alors que le porno est fait pour des hommes adultes et joue sur l’humiliation des femmes ! Le harcèlement a également changé ; le prédateur n’est plus caché dans un parc mais il est sur les réseaux sociaux. Il fallait aussi parler des différentes identités de genre. »

Le changement est perceptible dès la couverture. À côté de Titeuf, il y a désormais Nadia qui regarde sous son tee-shirt! C’est à la nouvelle vague féministe consécutive à Metoo que l’on doit cette apparition ?

« La présence de Nadia sur la couverture est un projet éditorial et une bonne idée car le guide s’adresse aux garçons comme aux filles. Et si Nadia regarde ses seins plutôt que sous sa jupe, c’est un choix graphique mais je crois que l’apparition des seins est un élément qui bouleverse la jeune fille davantage que l’apparition de la pilosité. »

Vous parlez à plusieurs reprises du clitoris, vous expliquez son importance dans le plaisir et ses similitudes avec le pénis avec des schémas mais pourquoi le clitoris n’est-il pas dessiné sur la planche consacrée à l’appareil génital féminin ?

« Nous avons travaillé avec des équipes scientifiques universitaires pour faire ces schémas. Le clitoris n’est pas dessiné dans la planche de l’appareil génital féminin par souci de simplicité graphique mais nous lui consacrons une page entière avec des explications et dessins anatomiques. »

La notion de consentement est longuement abordée dans ce nouveau guide.

« La notion de consentement est importante à tous les âges mais à l’adolescence, elle est cruciale. Beaucoup de jeunes ont alors des difficultés à vivre les changements de leur corps, ils peuvent être à moitié défigurés par la puberté. Il n’est pas facile de s’aimer soi-même à cet âge. Ils ont également besoin de l’approbation du groupe. Ils sont donc à un moment de leur vie où ils peuvent avoir tendance à accepter des choses qui peuvent les dégrader. Les notions de consentement et de respect de soi et de l’autre sont donc essentielles. Il faut les dire et les redire sinon les adolescents risquent d’accepter des choses qu’ils ne veulent pas. »

Autres nouveautés du guide : l’identité de genre et sa diversité. Comment expliquez-vous que ces thèmes sont longuement abordés dans ce nouveau guide ? Parce que la société change et accepte davantage les différences et les minorités ?

« Nous sommes en effet à une époque qui donne sa place aux minorités. C’est un progrès ! Il est dès lors important que le Guide du zizi sexuel aborde la thématique de l’identité de genre. Les jeunes qui se sentent différents doivent pouvoir comprendre que leur ressenti n’est pas une maladie. Ces identités de genre multiples existaient dans le passé mais elles étaient tues et cela a pu engendrer des détresses et des tragédies. Il important que les jeunes qui se sentent différents sachent qu’ils ne sont pas seuls. »

La première édition du guide s’est vendue à 1,5 million d’exemplaires ? Comment expliquer ce succès ?

« Ce sont d’abord les jeunes qui ont acheté le Guide du zizi sexuel. Ils s’offraient avant tout un album de Titeuf et non un manuel sexuel ; à dix ans, on n’achète pas un guide sexuel. Ils y ont trouvé des informations amusantes sur le sexe. Et puis à côté des gags, ils ont découvert des informations sur le sentiment amoureux, les transformations de leur corps… Certains jeunes m’ont expliqué lors de séances de dédicaces que le livre les avait accompagnés pendant deux-trois ans. Il était dans leur chambre et leur permettait de comprendre ce qu’ils vivaient physiquement, sentimentalement. Le guide est devenu un livre d’accompagnement. »

Des parents l’ont aussi acheté pour l’offrir à leur enfant. Parler de sexualité à son enfant est toujours difficile ?

« Des parents l’ont acheté pour faciliter la discussion avec leur enfant. Il est assez difficile de parler de sexualité car il est dur d’être connecté au rythme du jeune. Il est toujours trop tôt ou trop tard pour en parler et puis on peut avoir l’impression qu’il se moque. Mais il est important de lui dire certaines choses sur la sexualité même si le jeune demande d’arrêter. Il faut lui faire comprendre qu’on peut parler de ce sujet le jour où il en a besoin, qu’on est là. Le Guide du zizi sexuel peut être une médiation entre les parents et l’adolescent. »

Souvent les adultes se contentent de parler des dangers de la sexualité et oublient les dimensions des plaisirs, les liens entre sexe et sentiments ?

« Ces liens entre le sexe et les sentiments sont importants et ils forment même le moteur principal de ce guide. L’éducation sexuelle est trop axée sur la prévention et nous ne voulions pas que la sexualité soit anxiogène. Le sexe vous accompagne pour votre bonheur. Il permet le bonheur, je pense. »

Le Guide du zizi sexuel, éd Glénat, 112 p., 10,95 euros Sur le même sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :