L’excitation sexuelle des femmes: les hommes peuvent-ils la sentir?

L’excitation sexuelle des femmes: les hommes peuvent-ils la sentir?

shutterstock

Le désir… Le regard comme les gestes et les attitudes le manifestent. Sans parler de la voix et des mots qui bien sûr le traduisent, le nuancent, l’adaptent à celui ou celle qui est désirée. Mais le désir a-t-il une odeur que nous pourrions sentir ? Produit-il des effluves que notre corps perçoit et qui nous incitent à nous rapprocher de l’autre ?

Une étude (1) vient d’être publiée en février dernier dans les très sérieuses Archives of Sexual Behavior qui tend à montrer que les hommes peuvent sentir si une femme est excitée sexuellement ou non ! Notre part animale serait ainsi toujours bien vivante et nous permettrait de déceler instinctivement le ressenti sexuel de l’autre pour mieux l’approcher !

Désir et excitation très proches

Peut-être ferez-vous remarquer qu’il a d’abord été question de désir puis d’excitation ! Il y aurait ici une joyeuse confusion entre des deux termes et moments de l’amour. Il est vrai que le désir et l’excitation sont des choses différentes. Maints sexologues – Helen Kaplan la première – ont affirmé que le désir précédait dans le temps l’excitation mais les choses ne semblent pas aussi simples. Les liens entre ces deux états ne sont pas aussi linéaires et chronologiques qu’on ne l’a affirmé mais ils peuvent êtres dynamiques et circulaires. Le désir sexuel peut en effet naître quand l’excitation est déjà bien là. On peut commencer une relation sexuelle sans la désirer et puis l’excitation monte, entraînant le désir.

Mais tout cela nous éloigne de l’odeur de l’excitation… On savait déjà que nous les humains étions capables de sentir les émotions de tristesse, de dégoût ou de peur ; l’odeur de la peur est d’ailleurs contagieuse, alertant l’entourage et faisant par exemple sursauter davantage les personnes physiquement proches. Et les chercheurs de l’Université de Kent ont voulu savoir si nous pouvions également déceler les effluves de l’excitation sexuelle. Ils ont mené trois expériences au cours desquelles ils ont fait sentir à des hommes des échantillons de la sueur des aisselles d’étudiantes, tantôt excitées, tantôt non excitées ; toutes étant des hétéros n’utilisant pas de contraception chimique ou de déodorant et n’ayant ni bu, ni fumé, ni mangé d’aliments épicés et n’ayant pas eu d’activité sexuelle les jours précédents. Pour obtenir leurs sueurs, ils ont appliqué sous leurs aisselles des compresses de coton puis demandé aux jeunes femmes de monter sur un vélo et de pédaler pendant 3 minutes. Ils les ont ensuite fait asseoir devant un écran projetant tantôt une vidéo de 20 minutes expliquant la construction d’un pont et tantôt un film érotique. Ils ont encore interrogé les participantes qui ont confirmé leur calme dans le premier visionnage et leur excitation lors du deuxième.

Une odeur plus attirante

Lors de la première expérience, ils ont fait respirer les échantillons de sueurs féminines aux hommes et constaté qu’ils trouvaient plus attirante la transpiration axillaire des femmes sexuellement excitées. Forts de ces résultats, les chercheurs ont tenté une deuxième expérience afin de savoir si ces odeurs sexuelles étaient contagieuses, comme celle induite par la peur peut l’être. Ils ont fait repasser les mêmes tests à des étudiants et étudiantes pour apprendre que l’odeur libidineuse des femmes augmentait l’excitation sexuelle auto-déclarée des hommes. Comme si les femmes communiquaient chimiquement leurs envies aux hommes et les induisaient…

L’équipe britannique a voulu aller encore plus loin et tester la motivation sexuelle. En gros elle désirait savoir si les hommes excités par l’odeur sulfureuse des femmes avaient envie d’avoir des relations sexuelles. Pour cette troisième expérience, ils ont montré différentes photos, plus ou moins sexys, de belles demoiselles aux hommes excités par les effluves du désir féminin et ont constaté que les participants masculins regardaient plus longtemps les photos de femmes représentées dans des poses et tenues séduisantes et exprimaient leurs désirs d’avoir des relations sexuelles avec celles-ci. À l’inverse, leurs envies, même portées par les odeurs de l’excitation féminine, étaient nulles face aux photos de jeunes femmes dont les tenues et comportements étaient neutres.

Une odeur qui donne envie

Ainsi l’équipe britannique est parmi les premières à établir que l’excitation sexuelle des femmes conduit à la libération d’un parfum distinctif qui augmente la motivation sexuelle des hommes ! On savait par maintes études que l’odeur corporelle transmet des informations pertinentes sur la santé physique comme la fertilité et la parenté génétique d’une personne et voilà qu’on apprend qu’elle dit l’excitation…

« Les présentes études suggèrent que les hommes sont sensibles aux signaux olfactifs d’excitation sexuelle libérés par les femmes. Cette recherche suggère que ces signaux libérés ainsi que les expressions visuelles et auditives manifestant l’intérêt sexuel peuvent produire un signal global plus fort qui augmente la motivation sexuelle. », a commenté le psychologue Arnaud Wisman qui a dirigé l’étude.

L’odeur en soutien de la communication sexuelle

Certes les humains n’ont pas le cerveau des rongeurs dont les structures dédiées à l’odorat et aux phéromones représentent un tiers du cerveau ; 80 % de notre cerveau est dédié aux fonctions cognitives, comme le langage ou le raisonnement. Mais cette étude montre que l’odeur de l’excitation est un des moyens de la communication sexuelle entre deux personnes. Un moyen chimique qui vient faciliter l’approche de l’un et de l’autre. Un canal supplémentaire qui permet aux humains de connaître l’intérêt de l’autre à entamer une relation. L’odeur peut aider à la communication entre deux désirs. Mais attention, seule elle n’est pas assez puissante pour pousser au rapprochement mais elle vient en appui des autres signaux de séduction. Et dieu sait s’ils sont nombreux. C’est pour les femmes, un regard plus appuyé, un sourire, une main qui se glisse dans les cheveux, une tête penchée sur le côté, un buste incliné vers l’avant. C’est pour les hommes, un regard qui s’attarde, une main qui caresse son menton ou ses bras, des gestes plus amples et des postures qui occupent plus l’espace. Ces gestes qui disent l’intérêt pour l’autre sont éminemment culturels. L’odeur elle, informe instinctivement de la sensibilité du partenaire.

(1) Sexual Chemosignals : Evidence that Men Process Olfactory Signals of Women’s Sexual Arousal ou Chimio-signaux sexuels : Preuve que les hommes traitent les signaux olfactifs de l’excitation sexuelle des femmes. Etude d’Arnaud Wisman et Ilan Shrira publiée en février 2020 dans Archives of Sexual Behavior.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :