Quand la peur booste l’excitation

Edition numérique des abonnés

Qui ne s’est pas senti davantage excité après une dispute ? Qui en plein ébat ne s’est pas senti émoustillé par la crainte d’être surpris ? Étonnamment, l’anxiété peut booster nos ardeurs érotiques et nos désirs.

Ce lien pour le moins étrange a intéressé plus d’un psy parmi lesquels Donald Dutton et Arthur Aron. Dans les années septante, en 1974 très précisément, les deux chercheurs de l’Université de Colombie Britannique au Canada ont publié les résultats d’une expérience qui montrait que le stress pouvait porter le désir. Sous prétexte d’une recherche sur l’expression artistique, ils ont demandé à 85 hommes âgés de 18 à 35 ans de traverser tantôt une passerelle souple faite de planches de bois et suspendue au-dessus d’un ravin, tantôt un pont rigide parfaitement sécurisé. Après les traversées, les cobayes aventuriers étaient interrogés par une charmante enquêtrice qui parmi les 1001 questions posées, leur montrait des photos en leur demandant ce qu’elles évoquaient pour eux. La belle demoiselle terminait encore l’interview en donnant son numéro de téléphone, expliquant à ces messieurs qu’ils pouvaient l’appeler pour des compléments d’informations sur l’enquête. En analysant les réponses, nos deux psys Dutton et Aron ont constaté que les hommes qui avaient traversé la passerelle mouvante et dangereuse faisaient davantage de récits sexuels face aux photos montrées par la charmante enquêtrice et qu’ils étaient bien plus nombreux à la recontacter – cinq fois plus – que ceux qui avaient traversé la passerelle sécurisée ! La peur avait ainsi boosté leurs désirs…

Pourquoi ? Comment ? Parce que leur cerveau avait confondu les réactions physiologiques du stress éprouvé avec celles de l’excitation tant il est vrai qu’elles sont proches. Quand on a peur ou que l’on est excité, le cœur s’emballe, le corps se raidit, les muscles se tendent, le ventre se noue, le corps transpire… Les cerveaux de ces cobayes avaient – à tort – considéré que la charmante enquêtrice était à l’origine des réactions émotionnelles liées au stress !

D’autres études ont confirmé le lien surprenant entre stress et excitation. On citera seulement « Love at first Fright », « L’amour dès la première peur » menée en 2004 par Cindy Meston et Penny Frolich de l’Université du Texas à Austin. Les deux psychologues ont voulu eux aussi approfondir les liens entre l’amour et la peur mais dans le cadre plus normal d’un parc d’attractions. Les chercheurs ont montré une photo à 300 personnes -165 femmes et 135 hommes – qui entraient et sortaient d’un roller–coaster mouvementé, une montagne russe bien stressante, pour leur demander s’ils trouvaient attirante la personne photographiée. Ils ont constaté que les célibataires sortant de l’attraction la jugeaient bien plus souvent attrayante que ceux qui y rentraient et ce, qu’ils soient des hommes ou des femmes. De même, ils étaient davantage prêts à la rencontrer.

Vous savez ce qui vous reste à faire pour séduire : aller à Walibi ou la foire du midi, voir un film stressant…

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :