Pourquoi les femmes ont-elles des gros seins ?

Les seins ! Menus ou généreux, légers ou lourds, bonnet A ou D, ronds ou pointus, ils font rêver bien des hommes au point de participer à l’excitation sexuelle. Pourtant les seins ne sont que des mamelles destinées à nourrir le fruit de nos amours, des glandes mammaires entourées de plus ou moins de graisse!  Ce sont même ces tissus adipeux qui font l’essentiel des seins et leur permettent d’être volumineux en dehors des périodes de lactation. Mais pourquoi sont-ils ainsi gonflés ? Nulle guenon, gibbon ou autre singe n’est dotée de poitrine imposante en dehors de l’allaitement !

La question du sein féminin a titillé plus d’un scientifique et  nombreux sont ceux qui se sont osé à une explication pour tenter de justifier cette « anomalie » mammmaire.  Les uns avancent que les seins gonflés signalaient aux mâles que la femelle était mature et fécondable. Mais la théorie ne tient pas vraiment quand on sait que le développement de la poitrine débute en moyenne deux ans, deux ans et demi, avant l’apparition des règles qui de surcroît sont au début anovulatoires.… D’autres scientifiques avancent qu’en ne marchant plus à 4 pattes et en se redressant, les femelles dont le sexe était dès lors caché entre les jambes, ne pouvaient plus attirer les mâles. Il leur fallut d’autres appâts. Mais l’explication n’est pas des plus convaincantes  car dans le règne animal, le plus généralement, ce sont les mâles qui chassent les femelles et tentent les accouplements. D’autres encore souscrivent à l’explication de Desmond Morris, un éthologiste et zoologiste anglais qui dans son célèbre ouvrage « Le Singe nu » de 1967 explique les seins féminins par le changement de position sexuelle. Le mâle devenu bipède ne se limita plus à prendre la femelle par derrière, posture qui lui permettait de s’exciter en voyant les fesses de la femelle. Il adopta la position en face à face du missionnaire, s’excitant dès lors avec les seins qui auraient pris du volume en accumulant de la graisse, pour compenser et évoquer les fesses des ancêtres. Mais la théorie ne tient pas davantage quand on sait que les singes bonobos s’adonnent aussi aux joies du missionnaire. Il y a quelques années, une nouvelle théorie plus socio-économique fut avancée par deux psys Viren Swami  et Martin J. Tovée : les mâles ont été attirés par des femelles aux seins proéminents car ceux-ci signalent que les femelles ont des réserves de graisse et donc qu’elles sont suffisamment nourries. Leur postulat a été confirmé par l’étude qu’ils ont menée en Malaisie et en Angleterre auprès de plus d’1 millier d’hommes. Publiée dans le très sérieux magazine Plos One en 2003, elle a montré que plus les hommes étaient pauvres, et souffraient de la faim, plus ils étaient attirés par les gros seins…

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :