Les extases sexuelles de JeanLouis Tripp

Clipboard01

 

Il nous a offert, avec Régis Loisel, Magasin général, cette superbe chronique forte de 9 tomes qui se déroulait au Canada et racontait avec truculence et humanité la vie d’un village québécois au début des années quarante. Mais voilà qu’aujourd’hui, en solo, JeanLouis Tripp nous emmène dans une tout autre aventure. L’auteur français installé au Canada signe aujourd’hui Extases, une BD atypique et érotique dans laquelle l’homme se livre complètement et nous raconte sa vie intime, une vie sexuelle réelle, vécue et non celle qu’inventent certaines productions érotiques ou pornographiques. Dans le premier tome de ces Extases qui en compteront 4, JeanLouis Tripp évoque le travail des hormones, les masturbations intempestives dignes d’un Alexander Portnoy, la première fois, les branlettes entre copains, les nuits à trois qui permettent des expériences homosexuelles, la soirée déguisée qui dégénère en orgie… L’auteur se dévoile sans exhibitionnisme ni vantardise. Il ne brosse pas le tableau de chasse de ses exploits érotiques même si ses expériences sont impressionnantes. Mais avec humanité et simplicité, l’auteur raconte le sexe mais aussi l’amour, le désir, le plaisir, la jalousie et c’est toute la complexité de la sexualité masculine que l’on découvre ici ainsi qu’une époque qui a flirté avec la liberté des mœurs.

 

JEAN LOUIS TRIPP copie

Vous vous livrez complètement dans cet album. cette mise à nu fut-elle difficile?

Non car j’étais prêt à la faire. Depuis la découverte de mes premiers émois, j’ai toujours été attiré par le corps et ses plaisirs. De plus ces voluptés engendrent une certaine chimie qui calme et équilibre l’organisme.

Vis-à-vis de votre famille, de vos parents, de vos enfants, dévoiler son intimité n’a engendré aucun malaise ?

Le plus difficile fut sans doute de parler de ce projet avec le plus jeune de mes deux fils. Il avait 13 ans quand j’ai décidé de faire cet album et je ne savais pas comment aborder la question avec lui. Nous en avons discuté lors d’une randonnée en montagne au cours de laquelle je lui tout ai expliqué en précisant que si sa mère était bien présente dans l’album, je changerais les noms et les physiques des personnes que j’impliquerais. Aujourd’hui mon fils a 15 ans, il a lu Extases et voudrait que sa petite amie le découvre !

Vous avez vécu mille expériences sexuelles. Comment vous présenteriez-vous ? Un libertin ? Un aventurier des sens ?

tripp4

J’aime les gens et le sexe est pour moi un moyen d’aller à la rencontre du monde. Avoir un rapport sexuel est la chose la plus naturelle du monde. Je suis un fan des singes bonobos car ils vivent dans une communauté hédoniste et règlent leurs conflits par le sexe et le jeu alors que nous humains, les réglons par la confrontation et le compromis.

Quels liens établissez-vous entre l’amour et le sexe ?

Pour moi, une relation amoureuse ne peut se passer de rapports sexuels épanouis. Mais je peux avoir des rapports avec beaucoup de personnes sans être amoureux. Il faut un minimum d’envie bien sûr, mais le plus étonnant, c’est que ce ne sont pas les femmes les plus belles qui m’ont offert les expériences sexuelles les plus intéressantes. Vous savez, toutes les explorations que j’ai vécues, je les ai toujours menées en couple car j’aime partager et dialoguer.

Ces expérimentations n’ont-elles pas fragilisé les couples que vous avez formés ?

Elles ont amené à des ruptures quand ma compagne disait stop aux aventures. Celles-ci sont pourtant importantes car après 2-3-4 ans d’une relation, vous commencez à tourner en rond et à vous ennuyer au lit

Ado, vous imaginiez comme vos copains, que les filles avaient un sexe en forme de x. Une croyance que nul jeune connecté à internet n’a plus aujourd’hui. Pensez-vous que par d’autres aspects, vous pouvez paraître ringard aux yeux des jeunes, même si vous avez « tout » vécu ?

Moi qui déteste la norme, je suis surpris de constater que dans les milieux qui vivent une sexualité ouverte, tout le monde – homme comme femme – est épilé. Les poils ont disparu ! De plus, ces milieux regardent de travers et jugent les personnes qui ne le sont pas. Pour moi, les poils sont terriblement excitants.

Vous le libertin, vous évoquez la jalousie qui vous submerge quand vous voyez votre compagne partir avec un garçon alors que c’est vous qui lui avez proposé d’ouvrir votre couple aux autres.

J’ai proposé à mon amie d’ouvrir notre couple car je voulais m’autoriser certaines libertés et c’est vrai, j’ai découvert la jalousie. Je l’ai combattue car je voulais être cohérent : si je m’autorisais la liberté, je devais l’accorder à mon amie même si je le vivais mal. Cela a été un long combat et comme je l’explique dans l’album : soit je me laissais aller à cette jalousie et je mettais fin à cette expérience d’ouverture, soit je la trouvais excitante : imaginer mon amie en train de baiser avec un autre m’embrasait mais m’excitait en même temps.

Vous mettez en scène un match de boxe superbe entre la nature et la civilisation, un combat entre l’animalité, les instincts, les hormones et la civilisation judéo- christiano- musulmane et son cortège de tabous d’interdits et de restrictions !

Et personnellement, je soutiens clairement l’animalité. Il faut dédramatiser le sexe !

Propos recueillis par Joëlle Smets.

Extases est publié chez Casterman, 272 p, 22 euros

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :