Pourquoi les femmes jouissent-elles?

 

Non nécessaire à la reproduction, l’orgasme féminin interpelle les scientifiques qui tentent de l’expliquer.

 

On a cru un temps l’orgasme féminin nécessaire à la reproduction mais la science mit à mal cette croyance, établissant que la jouissance de la femme ne jouait aucun rôle dans la fécondation. Mais pour le monde scientifique, l’orgasme resta un objet d’études passionnant. Pourquoi les femmes jouissent-elles? Pourquoi connaissent-elles ce pic orgasmique et pas simplement le plaisir? Les explications sont nombreuses et parfois contradictoires.

Pour les uns, l’orgasme aide à la fécondation car les contractions des muscles entourant le vagin qu’il entraîne, facilitent le trajet du sperme vers l’utérus.

Pour les autres, il participe également à ce que la femme tombe enceinte car saoulée par le plaisir, elle aurait davantage tendance à rester couchée, favorisant toujours le trajet du sperme.

Pour les troisièmes, il aide à la reproduction car il fait jouir l’homme plus sûrement et plus rapidement, les contractions de la femme exerçant une pression sur le pénis.

Pour les quatrièmes, l’orgasme que la femme atteint avec son partenaire lui permet de choisir un homme qui se soucie de son plaisir, préoccupation altruiste qui pourrait indiquer que ce même mâle se préoccupera de sa progéniture.

Pour d’autres encore, le plaisir intense qu’il procure pousse la femme à avoir des rapports plus fréquents.

Pour d’autres encore, convaincus par la thèse de la biologiste américaine Élizabeth Lloyd, l’orgasme est une sorte de «bonus»: il ne sert à rien mais s’explique par l’existence de tissus communs aux deux sexes aux premiers stades de la vie embryonnaire. Tout comme les hommes ont des tétons qui ne leur servent à rien mais peuvent leur procurer du plaisir, les femmes connaissent un orgasme comme les hommes chez qui il est essentiel à la reproduction.

Citons encore l’hypothèse évolutionniste avancée par les professeurs américains Barry Komisaruk, Carlos Beyer-Flores et Beverly Whipple dans leur ouvrage The science of orgasm selon laquelle le pic de la jouissance féminine est apparu pour compenser la disparition de l’oestrus, la période de chaleur. Les premiers hominidés femelles ont vu disparaître leur période de chaleur qui les poussait à avoir des relations sexuelles. L’orgasme a ainsi compensé cette disparition; elle a également donné aux femelles une bonne raison de copuler; cette aptitude faisant ensuite l’objet d’une sélection naturelle.

Dernière explication en date, avancée l’année dernière dans le Journal of Experimental Zoology l’orgasme serait un héritage de nos lointains ancêtres évoluant sur Terre il y a plus de 75 millions d’années. Les professeurs américains Mihaeal Pavlicev de l’Université de Cincinnati et Günter Wagner de l’université de Yale ont découvert que, chez des ancêtres communs de l’homme et d’autres primates, l’orgasme était essentiel à la reproduction car il déclenchait l’ovulation. Aujourd’hui encore c’est le cas chez certains mammifères, comme les lapines ou les chattes: l’orgasme déclenche la production d’hormones qui va entraîner la libération d’un ovocyte.

Pour l’heure, les explications se complètent et s’affrontent et le mystère de l’orgasme féminin subsiste.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :