Le vibro de Cléopâtre

La reine d’Égypte aurait eu une sexualité débridée. Mythe ou réalité ?

 

Jules César succombe à ses charmes, comme Marc Antoine, Pompée et bien d’autres hommes. Cléopâtre est cette reine légendaire à qui l’on prête des charmes irrésistibles. Très vite, dès le premier siècle, la belle Égyptienne qui gouverna de -51 à -30 entre dans la légende comme une femme ambitieuse et sulfureuse. On la dit forte, indépendante, courageuse, intelligente, polyglotte – elle parle 4 langues – mais surtout séductrice et manipulatrice, elle qui cherche à ébranler le puissant Empire romain par ses charmes. Flavius Josèphe, l’historien du 1er siècle, écrit à son propos : « Elle fit d’Antoine l’ennemi de sa patrie par la corruption de ses charmes amoureux ». L’Égyptienne ennemie que l’empereur Auguste a finalement vaincue, est décrite par les historiens et poètes romains, d’Horace à Tite-Live en passant par Virgile et bien d’autres, comme impudique et débauchée. C’est ainsi que commencent à circuler les pires rumeurs concernant son insatiable sexualité : la reine se prostitue, s’envoie en l’air avec ses gardes, a besoin de 100 amants chaque nuit et se fait fabriquer des philtres magiques pour séduire : un onguent fait d’œuf de fourmis et de cochenilles dont elle s’enduit les lèvres. Insatisfaite malgré tout, elle se fait confectionner le premier vibromasseur de l’histoire, un cornet de payprys empli d’abeilles bourdonnantes. La reine est présentée comme une catin et cette réputation se retrouve sur des décorations ornant des lampes à huiles qui montrent une Cléopâtre nue, sodomisée par un phallus de pierre ou de bois non loin d’un crocodile. Mais comme l’explique Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, nul ne sait quelle était la vie intime de la reine. Sans doute comme les souverains de son époque et ses prédécesseurs, a-t-elle eu des esclaves sexuels et une vie de plaisirs et de richesses. Mais on ne lui connaît que trois amants : Pompée pour quelques nuits seulement, Jules César durant quatre ans, puis Marc Antoine pendant une décennie. On sait aussi qu’elle fut vers 18 ans, liée à l’un de ses gardes du corps, un Sicilien nommé Apollodore. Mais on est bien loin de la reine catin. De même comme le précise l’historien français, les cordonniers de l’Égypte ancienne fabriquaient des godemichés de cuir. Mais la reine en usa-t-elle ? Nul ne le saura jamais…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :